WikiLerni (logo)
Oignons (Allium cepa) dans un jardin potager, France (2013).

Crédit : JLPC / CC BY-SA 3.0.

Aux petits oignons !Oignons (Allium cepa) dans un jardin potager, France (2013).

Quiz publié par Fabrice P., le 10/11/2020. Dernière mise à jour, le 23/11/2020.

Puisque Candide nous incitait à « Cultiver notre jardin »… Pourquoi ne commencerions-nous pas par nous occuper de nos oignons ?!

La bonne orthographe ?

Tout d’abord, sachez que depuis les rectifications orthographiques du français de 1990, les deux orthographes « oignons » et « ognons » sont jugées correctes. Le terme « oignon » est aussi communément utilisé pour désigner les bulbes d’autres plantes, par exemples les « oignon de tulipe », mais ces oignons-là sont rarement comestibles ! Le nom scientifique de l’oignon est « Allium cepa ».

Oignon ou échalote ?

L’oignon dont nous parlons ici est donc une plante potagère, connue pour la saveur et l’odeur forte de ses bulbes, qui est la partie que nous consommons. Il ne faut pas confondre l’ognon avec sa cousine l’échalote, qui est une plante ressemblante, mais différant notamment par sa forme allongée et sa saveur. Mais attention, car une variété d’oignon, nommée « échalion » ou échalote « cuisse de poulet » ressemble à s’y méprendre à l’échalote !

Un peu de botanique

L’oignon contient un seul bulbe qui peut être blanc, jaune, rose ou rouge. Ce bulbe est surmonté de feuilles vertes, cylindriques et creuses pouvant monter jusqu’à 1 mètre. De petites fleurs de couleur blanche ou verte se trouvent généralement à l’extrémité de chaque tige. En botanique, l’oignon appartient en genre Allium, tout comme l’ail, le poireau, la ciboulett ou de nouveau l’échalote ! Ses graines sont noires et anguleuses et on peut en compter jusqu’à 250 par gramme. La germination des graines dure deux ans.

Plus de 1000 variétés

Le Catalogue européen des espèces et variétés compte plus de 1000 variétés d’oignons. En France, un label AOC protège certaines espèces bien connues, telles l’oignon doux des Cévennes ou l’oignon de Roscoff. Pour la petite histoire, les marchands d’oignons de Roscoff se rendant par le passé en Angleterre pour vendre leur marchandise étaient surnommés les Johnnies par nos amis britanniques, du fait qu’ils emmenaient souvent avec eux leurs jeunes enfants.

Histoire de l’oignon

L’oignon proviendrait à l’état sauvage d’Asie centrale et aurait commencé à être cultivé il y a plusieurs milliers d’années dans la région du Baloutchistan, partagée entre les actuels Iran, Afghanistan et Pakistan. On trouve des oignons représentés sur les tombes de l’Égypte antique dès la Vᵉ dynastie (~ −2500 avec notre ère). L’oignon était utilisé en offrande sur les autels et auprès des morts. Par sa croissance et sa reproduction à la verticale, il symbolisait la résurrection solaire. L’oignon était également apprécié des Grecs, des Gaulois et des Romains. Par le passé, les pelures d’oignons ont été utilisées pour confectionner des « mirlitons », petites flûtes souvent à l’usage des enfants.

La production

Aujourd’hui quasiment la moitié de la production mondiale est assurée par la Chine et l’Inde. Très loin derrière, en 2014, les deux plus gros producteurs européens étaient les Pays-Bas et l’Espagne. La France produit principalement des oignons jaunes et en 2017, la France a importé deux fois plus d’oignons qu’elle en a exportés.

La culture de l’oignon

L’oignon est assez facile à cultiver en climat doux, peu humide et avec une bonne exposition au Soleil. Son rendement est plus élevé dans les régions où l’on observe une alternance des saisons. Il préfère les sols légers, sableux, peu argileux. En moyenne, on peut obtenir 2 kg d’oignon jaune par mètre de culture. Les oignons peuvent être soit semés, soit plantés sous forme de bulbilles pour les oignons jaunes, soit sous forme de plants racinés pour les oignons blancs et rouges. Afin de bien les conserver, il faut les faire sécher assez rapidement et ensuite les garder dans un endroit sec et aéré.

Les oignons ne vous feront plus pleurer !

J’espère que la lecture de cet article ne vous donnera pas les larmes aux yeux, contrairement à la coupe des oignons ! :) Je ne sais pas si cela va vous consoler, mais sachez que ce phénomène est la conséquence de l’acide 1-propénylsulphénique et de l’enzyme Lacrymal Factor synthase qui se rencontrent au moment de la coupe en donnant des molécules de propanethial-S-oxyde, responsables de l’irritation de l’œil. Maintenant que vous connaissez les noms de coupables , sachez que vous pouvez diminuer cet effet irritant, par exemple en épluchant vos oignons dans un récipient d’eau.

Voilà, après avoir séché vos larmes, l’article prochain va nous permettre de ramener votre fraise !

Article suivant : Vous aimez les fraises ?

Recevez les prochains articles WikiLerni

Partager via mailPartager via diaspora*Partager via facebookPartager via LinkedInPartager via twitter

Vous découvrez WikiLerni ?

WikiLerni vous propose de recevoir par e-mail à la fréquence choisie, de courts articles lisibles en quelques minutes et portant sur des sujets très variés de culture générale (arts, histoire, littérature, sciences, etc.).

Ces articles sont basés sur une ou plusieurs pages de Wikipédia (fournies en lien), dont ils extraient certaines informations, mais sans prétendre en être un résumé.

Chaque série d’articles est suivie d’un quiz permettant de tester ce que vous en avez retenu.

Vous apprenez ainsi régulièrement de nouvelles choses très simplement.

L’inscription est gratuite et vous permet de tester le site sans engagement.

En savoir plus sur WikiLerni ?

@copyleft Le contenu de ce site est libre et vous est offert sans publicité. Vous pouvez participer à son financement en cliquant ici.