WikiLerni (logo)
Habitat traditionnel le long de l’Amazone.

Crédit : Francisco Chaves / CC BY 2.0.

Autour de l'AmazoneHabitat traditionnel le long de l’Amazone.

Quiz publié par Fabrice P., le 22/11/2020. Dernière mise à jour, le 23/11/2020.

Après nous être baladé le long de l’Amazone, voici quelques informations sur sa découverte par les occidentaux, les populations indigènes ou encore sa biodiversité.

Premières explorations espagnoles

C’est durant l’année 1500, qu’une expédition espagnole, dirigée par Vicente Yáñez Pinzón, remarquant la présence d’eau douce en pleine mer, décide d’explorer pour la première fois l’embouchure du fleuve.

Mais la première exploration complète de l’Amazone, de sa source jusqu’à la mer, date des années 1541-1542Francisco de Orellana, cherchant des vivres pour le conquistador Gonzalo Pizarro, dut naviguer plusieurs jours avant d’en trouver. Il continua ensuite jusqu’à l’océan, ne pouvant rebrousser chemin à cause du courant.

Quant à la première remontée complète du fleuve jusqu’à Quito, elle date de 1638 et a été menée par le cartographe portugais Pedro Teixeira.

Les populations indigènes

Les maladies apportées par les explorateurs européens ont décimé une grande partie des populations des rives de l’Amazone. À ces épidémies se sont ajoutées les rafles des marchands d’esclaves ou encore certaines guerres inter-tribales, souvent encouragées par les Européens. Les principales cultures amérindiennes des rives de l’Amazone ont ainsi disparu en quelques décennies.

Au début, seuls quelques comptoirs ont été établis le long des rives de l’Amazone par les Portugais, tant dans le but de commercer avec les populations locales que de les évangéliser. Cependant, en 1850, sur les 350 000 habitants de la population du bassin brésilien, les deux tiers étaient déjà composés d’Européens et de leurs 25 000 esclaves. Les deux villes principales étaient Belém (nommée à l’époque Pará) et Manáos.

Bateaux à vapeur et premières exportations

En 1850, l’empereur Pierre II du Brésil demanda au Vicomte de Mauá de développer la navigation des bateaux vapeurs sur l’Amazone. Ce dernier créa la « Compania de Navigacao e Commercio do Amazonas » en 1852. En 1867, sous pression des autres pays, le Brésil ouvra l’Amazone à tous les pavillons étrangers. Plus tard, des Britanniques ont pris la succession des compagnies de vapeur pour gérer le commerce local. Les exportations de Manáos étaient essentiellement constituées de caoutchouc, de cacao et de noix brésiliennes.

De nos jours

Le fleuve est navigable pour des vapeurs jusqu’à Iquitos, à 3 700 km de la mer, de plus petites embarcations pouvant remonter bien plus loin. L’Amazone n’est traversé par aucun pont ni barrage sur des milliers de kilomètres. Leurs constructions seraient compliquées du fait de la largeur du fleuve, des nombreuses îles et des inondations remodelant continuellement ses berges. L’intérêt de telles constructions est de toute façon limité, car il y a peu de routes dans la région. Les traversées par bacs ou ferries sont bien plus adaptées.

La région est peu peuplée, même si on trouve quelques villes le long des rives de l’Amazone. Des villes comme Manáos, Pará et Iquitos continuent à avoir une activité commerciale importante, mais sont souvent gangrenées par des problèmes d’inégalités sociales et de délinquance.

Explorateurs modernes

L’Amazone continue d’attirer les explorateurs et aventuriers. Pour preuve, Mike Horn qui a descendu le fleuve en « Hydrospeed » en 1997, le slovène Martin Strel qui en a nagé 5 265 km en 2007 ou encore Edward Stafford qui a parcouru à pied les 6 500 km de l’Amazone entre 2008 et 2010 !

Vous avez dit « Amazone » ?

Avant la conquête européenne, les peuples indigènes utilisaient des noms pour les sections qu’ils fréquentaient, mais pas pour l’ensemble du fleuve.

Le premier nom qui lui a été donné par l’explorateur Pinzón était « Río Santa Maria de la Mar Dulce ». Le fleuve a aussi été connu sous le nom de « Río Grande » ou encore « El Río Marañón », toujours utilisé au Pérou pour nommer une partie du fleuve.

Quant au nom « Amazone », s’il est attribué à Francisco de Orellana, deux explications sont proposées.

La première possibilité vient du fait que durant sa remontée du fleuve en 1541, Francisco de Orellana a subi une attaque des Tapuyas, durant laquelle les femmes de la tribu se battaient aux côtés des hommes. Ces femmes avaient leur propre royaume, où elles vivaient séparées des hommes. Le nom ferait donc référence aux Amazones, ces femmes-guerrières de la mythologie grecque. L’autre origine possible est le terme « amassona » qui signifie « destructeur de bateau » en langue tupi et peut faire référence aux vagues dévastatrices parcourant certaines parties du fleuve.

La faune de l’Amazone

Difficile de parler de l’Amazone sans parler de l’Amazonie, immense forêt largement parcourue par le millier d’affluents du fleuve et dont la biodiversité est bien connue. Mais le fleuve Amazone lui-même accueille une faune très variée avec des milliers d’espèces de poissons, d’amphibiens, de crabes et de tortues. Vous pouvez y rencontrer le « boto », qui est la plus grande espèce de dauphin d’eau douce. Moins sympathiques au premier abord, vous y croiserez aussi les fameux piranhas ou encore l’anaconda géant.

Au fil des générations, beaucoup d’espèces de mammifères se sont adaptées aux fréquentes inondations de l’Amazone, par exemple via l’apparition de queues préhensiles. De même, pour profiter de la nourriture terrestre, certains poissons ont développé des molaires leur permettant de consommer des fruits. Toujours pour des raisons d’adaptation, c’est dans cette région que l’on trouve les tortues fluviales, loutres, rongeurs, serpents ou encore les aigles les plus grands du monde.

Voilà pour ce voyage au cœur de l’Amérique du Sud. Mais au-delà du jeu de mot, il y aurait de quoi écrire un roman-fleuve concernant l’Amazone ! Si le sujet vous intéresse, vous pouvez commencer par lire l’article complet que lui consacre Wikipédia, qui est la « source » de ceux de WikiLerni.

Accéder au quiz : L’Amazone

Recevez les prochains articles WikiLerni

Partager via mailPartager via diaspora*Partager via facebookPartager via LinkedInPartager via twitter

Vous découvrez WikiLerni ?

WikiLerni vous propose de recevoir par e-mail à la fréquence choisie, de courts articles lisibles en quelques minutes et portant sur des sujets très variés de culture générale (arts, histoire, littérature, sciences, etc.).

Ces articles sont basés sur une ou plusieurs pages de Wikipédia (fournies en lien), dont ils extraient certaines informations, mais sans prétendre en être un résumé.

Chaque série d’articles est suivie d’un quiz permettant de tester ce que vous en avez retenu.

Vous apprenez ainsi régulièrement de nouvelles choses très simplement.

L’inscription est gratuite et vous permet de tester le site sans engagement.

En savoir plus sur WikiLerni ?

@copyleft Le contenu de ce site est libre et vous est offert sans publicité. Vous pouvez participer à son financement en cliquant ici.